J’ai vieilli

Haris ALEXIOU, Χάρις Αλεξίου, grande chanteuse grecque, a écrit ceci en 2009. Elle l’interprète ici.

J’ai vieilli

Dans le monstre de la ville

J’ai dégusté la peur – beaucoup, dégusté l’infection, dégusté des mensonges

J’ai avalé des mots bien gras

Je me suis évadée de mon désir d’apprendre

J’ai raillé ma soif de savoir… pourquoi je suis ici

Pourquoi je suis ici ?

J’ai vieilli

En sentiments de chimie, dans le genre transactions

En regards de sympathie

Et d’inutile tentative pour que nous soyons bons

Nous ?

« Nous » c’est une chose, nous sommes autres…

Toujours nous parlons d’autre chose. Toujours nous parlons des autres.

Toujours nous parlons des autres ainsi nous ne souffrons pas ainsi nous oublions.

J’ai vieilli

Monstre de la famille

De politesse sans substance avec feinte obéissance

Acteur enfant dans le rôle de la « grande »

Je ne parle pas de violence, je parle de viol

Vivre son adolescence signifie la guerre

Avec une adolescence de boue, dans la dégoûtante cité

Ensuite adulte névrosée

Toujours nous parlons d’autre chose

Toujours nous parlons des autres ainsi nous ne souffrons pas ainsi nous oublions.

J’ai vieilli

Connection « OteNet »

Gâteaux de chez Pallete

Après, les « Silhouette »

On recouvre les maux de nourriture

Les rêves en compression, plus tard la dépression

Un « Freak » du Moi avec naufrage de foi en soi

Tourne la page, une vie

Tourne la page

Décampe, ça fait trop mal

Je te repousse, je t’embrasse, tu me vas pas mais je t’aime

Divagation compréhension surface, surface, surface

Terre, nous avons touché terre

Larmes, mes chaudes larmes

La douleur adoucit

Larmes, mes bonnes larmes

« Nettoyage biologique »

Toujours nous parlons d’autre chose. Toujours nous parlons des autres.

Toujours nous parlons des autres ainsi nous ne souffrons pas ainsi nous oublions.

J’ai vieilli

Amour avant le A

Et au-dessous du zéro mon subconscient

Son terrain est bourbeux

Il recycle mes fruits pourris

J’ai vieilli

Mais le tout petit pleure

Il ne sait ce qu’il a fait. Il n’a pas où aller.

Il se ronge les ongles et il mouille les draps.

Retiré des années dans le fond du berceau.

« Bien fait pour lui Bien fait pour lui Bien fait pour lui »

Crie sa mère

Elle le nourrit, le gronde

Ainsi elle va l’élever.

Toujours nous parlons des autres ainsi nous ne souffrons pas ainsi nous oublions.

J’ai vieilli signifie

Faire comme si

Vivre l’absence

Devenir puissance

Apprendre à rire

Et à se circonscrire

À décider

À voir interdit d’échouer

J’ai vieilli signifie

Vivre avec ce qui te démolit

Construire encore d’autres foyers

Produire par tonnes des déchets

Rejeter les torts sur le prochain

Regarder les émissions du matin

Écouter leurs analyses – fidèle

Être altérée des Nouvelles

Dire et Yes et No

T’accoutumer aux pornos

Mener la guerre depuis ton canapé

Ne « pas pouvoir sans ton frappé »

Toujours nous parlons des autres.

Je vieillis veut dire

L’arrivée du renversement

Que les temps t’apportent

Pour t’écorcher la cervelle.

Tu demandes à te percher

Et à trouver des oasis

Dans les obsessions des autres

Qui ont pour entourage

Des figures identiques à toi

Genoux ployés

Rêves oubliés

Toujours nous parlons des autres ainsi nous ne souffrons pas ainsi nous oublions. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s