Toi le…

Nous retournerons vers les personnages, les paysages, les objets

amicalement colorés par notre belle coexistence,

avec l’amour toujours qui atteste tout –

le mythique rivage, la roche, le corps nu

épié jusqu’en ses plus cachés instants

épelé jusqu’en son plus extrême silence. Toi,

l’hypocrite, le non aimant, l’eunuque, toi

n’approche pas. La lumière mord. Mord

le profond aveu. Tu ne l’endures pas.

Au marché on vend des poissons pourris.

 

Yannis Ritsos, Ανταποκρίσεις, 1985

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s