Prévéza

La mort c’est les corbeaux qui vont se cogner

contre les tuiles et les murs noirs de fumée,

la mort les femmes qui se font aimer

comme des oignons qui se font éplucher.

 *

La mort les rues crasseuses, banales, ternes

avec leurs grands noms brillants et sonores,

l’oliveraie, la mer tout autour, et même

le soleil, la mort entre les morts.

*

La mort le policier qui coupe en deux

pour qu’on pèse aussi une portion « manquante »,

la mort les jacinthes sur le balcon vieux,

et le maître d’école au journal, qui arpente.

*

Base, Fort, Presqufecture de Prévéza.

Dimanche à la clique nous crierons bravo.

À la Banque j’ai ouvert un compte à moi

trente drachmes comme premier dépôt.

*

Te promenant lentement sur la jetée,

« J’existe ? », dis-tu, puis « tu n’existes pas ! »

Arrive le bateau. Pavillon hissé.

Peut-être que Monsieur le Préfet viendra.

*

Si parmi ces individus tout au moins,

rien qu’un d’un coup pouvait mourir de dégoût…

Silencieux, attristés, en humble maintien,

aux funérailles nous nous distrairions tous.

*

Kostas Karyotakis


La mise en chanson de ce poème a écarté la dernière strophe – ce qui est dommage.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s